Rome plafond baroque


Pierre de Cortone, Baccicia, Andrea Pozzo

A l’origine de  cette nouvelle expression picturale on trouve encore Michel-Ange. L’artiste réussit grâce à un habile usage du raccourci dans  les peintures  du plafond de la chapelle Sixtine  à « tromper » l’œil (il suffit de regarder le prophète Jonas ou le prophète Daniel). Cette nouvelle manière est reprise par de nombreux artistes du XVI siècle et aussi par Annibale Carracci et ses collaborateurs au Palais Farnèse où ils  réalisent la fameuse galerie.

Mais c’est Pierre de Cortone au palais Barberini qui grâce à une conception nouvelle de l’espace, à une harmonie des volumes,  des lumières et des couleurs, arrive à effacer l’architecture et à « libérer » la peinture de ses limites physiques. Le plafond s’ouvre sur l’infini, les personnages semblent tomber sur nous ou fluctuer dans l’air, les espaces semblent amplifier, les effets de lumières remplissent la composition….

Nous trouvons les expressions  de cet art nouveau dans de nombreux monuments romain, par exemple,  le  plafond baroque de l’église du Jésus peinte par le Baccicia, ou la voûte de l’église de saint Ignace d’Andrea Pozzo et naturellement au palais Barberini avec le magnifique plafond de Pierre de Cortone

 

LA VISITE COMPREND : Le palais Barberini et le plafond de Pietro da Cortona, l’église de saint Ignace et le plafond d’Andrea Pozzo, l’église du Jésu et le plafond de Baccicia. Visite possible tous les jours sauf le dimanche et le lundi. L’accès aux églises est soumis à une stricte réglementation vestimentaire : pas d’épaules nues, ni de shorts ou jupes au dessus des genoux, pas de gros sac à dos et couteau

POUR VISITER ROME ET RÉSERVER VOS VISITES

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

TÉLÉPHONE : de 18 à 20 heures 0039 3479541221