tombeau des Platorini

tombeau des Platorini

tombeau des Platorini

Au musée des Thermes

C’est en bâtissant les berges du fleuve Tibre que l’on découvre le tombeau de la famille Platorini. Il faut dire qu’on avait décidé de bâtir de hauts muraillons pour essayer de contenir les pleins du fleuve. La dernière inondation avait été catastrophique. A certains endroits de la ville, le niveau de l’eau avait atteint plus de trois mètres. Donc, à la fin du XIXe siècle, les berges du Tibre subirent une transformation radicale, de nombreux monuments et palais furent abattus, d’autres encore dégagés. C’est alors qu’en 1880 sur la rive droite du Tibre, on découvre le tombeau des Platorini. Il se trouvait entre le pont Sisto et la rue de la Lungara dans le quartier du Trastevere. Il fut malheureusement démonté et tout le matériel transporté au musée des thermes de Dioclétien. En 1911, à l’occasion de la grande exposition archéologique, le tombeau des Platorini fut reconstitué par Roberto Paribene. 

musée des Thermes de Dioclétien

Le tombeau des Platorini

Le tombeau des Platorini est une pièce rectangulaire de 7 mètres sur 7, bâtie en brique et ciment. Les murs externes étaient habillés de marbre blanc. A l’intérieur le pavage est composé dune mosaïque blanc et noir, les parois cadencée de niches  et le plafond voûté étaient couverts de plâtre. Trois parois des quatre sont encore percées de petites niches tantôt rectangulaires, tantôt arrondies dans lesquelles sont encore logées les urnes funéraires. Le centre de la pièce est dominé par le joli buste d’une femme. On n’en sait pas sur cette famille romaine (peut être originaire de la Campanie) qui devait vivre à Rome à l’époque de l’empereur Auguste c’est-à-dire à la fin du premier siècle AC. Elle avait choisit un lieu de sépulture en proximité de la rivière, un monument funéraire peut être placé sur un petit promontoire artificielle, une terrasse jardin donnant sur le fleuve.

Pour réserver vos visites

    Votre nom (obligatoire)

    Votre email (obligatoire)

    Sujet

    Votre message