Giordano Bruno

Giordano Bruno

Giordano Bruno

Sur la place Campo dei Fiori

Le 17 février 1600 brûlait sur la place de Campo dei Fiori Giordano Bruno. Avait-il tué ? non. Volé, menti, trompé, trafiqué? non. Sa faute : avoir soutenu qu’il devait y être d’autres mondes, que l’univers était infini et ceci à une époque où la terre était plate et le soleil lui tournait autour. Il avait aussi affirmé qu’il fallait distinguer pensée scientifique et religion, que la trinité n’existait pas …. Quelques années après l’unité d’Italie (1889) en présence de plus de 30.000 personnes, des libres penseurs, des francs maçons, des laïques était inaugurée sur Campo dei Fiori la statue de Giordano Bruno. Le cortège qui entra sur la place voyait en tête les soldats de Garibaldi suivis des professeurs des universités italiennes et étrangères, des membres des loges maçonniques, des gens appartenant aux métiers, des politiciens … un peuple de libres penseurs.

Entre temps au Vatican

Pendant ce temps au Vatican le pape Léon XIII passa la journée dans la basilique de saint Pierre prostré aux pieds de la statue de saint Pierre. Il menaçait de quitter Rome pendant les trois jours de fêtes qui suivirent l’inauguration de la statue de Giordano Bruno. Ces jours de fêtes furent définis par l’église des jours d’orgie satanique et Campo dei Fiori (champ fleuri) devint le champ maudit.

Giordano Bruno

Giordano Bruno

Giordano Bruno était né à Nola, c’était un moine doménicain, un érudit, un professeur, un écrivain, un philosophe … Il voyagea beaucoup dans toute l’Europe … Mais il fut trahi par un jeune noble qui l’avait fait venir à Venise et vendu à l’église de Rome. Le procès fut long et douloureux (tortures, épreuves, vexations, maltraitances …) Le 8 février 1660 on lui lit la sentence, il écoute à genoux, puis il se lève et il dit : « vous tremblez plus vous qui prononcez cette sentence que moi qui l’écoute ». Le 17 février il monte sur le bûcher après avoir traversé la ville, la langue clouée au palais, le visage caché par une muselière et tout cela pour lui empêcher de parler. On le savait bon orateur. On le brûla vivant et on jeta ses cendres dans le Tibre. Encore aujourd’hui l’église n’a pas réhabilité Giordano Bruno mais tous les 17 février encore aujourd’hui les libres penseurs posent aux pieds de la statues et Giordano Bruno des fleurs.

Pour réserver vos visites

    Votre nom (obligatoire)

    Votre email (obligatoire)

    Sujet

    Votre message