27 janvier

27 janvier

27 janvier

Le 27 janvier

Le 27 janvier, c’est la journée de la mémoire, pour ne pas oublier. Le 27 janvier c’est le jour de la libération de la part des russes du camp d’Auschwitz Birkenau. Beaucoup des juifs qui furent arretés dans le ghetto de Rome sont mort à Auschwitz Birkenau. Pour ne pas oublier je vais vous raconter le jour où les nazis ont vidé le ghetto de Rome. Autrement dit le quartier où vit encore la plus vieille communauté israelite installée hors de la Judée. Le 16 octobre 1943, c’était un samedi. Vers cinq heures du matin, les solalds nazis entrèrent dans le Ghetto de Rome. Deux jours avant cette terrible rafle, la communauté juive de Rome, avait, pensait-elle,  acheté son salut en donnant aux nazis cinquante kilos d’or qu’elle avait collecté. Ce n’était qu’une illusion. Cette histoire a été racontée dans un film de Carlo Lizzani, « L’Oro di Roma », tourné en 1961 que vous pouvez voir un peu plus bas.  

Prélude

Après la chute de Mussolini, le 8 septembre, les Juifs de Rome, comme la plupart de la population italienne, vivaient dans l’incertitude. Les alliés étaient dans le sud de l’Italie et ils avançaient vers Rome. Benito Mussolini avait fondé dans le nord la République de Salò. A Rome, les Allemands occupaient la ville. Pour les Juifs de la Capitale, la situation était angoissante. Dans toute l’Italie, la nouvelle de déportations et de meurtres de Juifs en l’Europe s’était répandue. En partie grâce aux informations diffusées clandestinement par Radio London, mais pas seulement. Il faut dire que pendant toute la période fascite il n’y avait pas eu de déportations vers les camps de la mort. Beaucoup ne pensaient pas que quelque chose de semblable à ce qui s’était produit ailleurs pouvait également se produire ici.

En septembre

Le commandant SS, le major Herbert Kappler, le 24 septembre 1943, avait reçu l’ordre du commandement suprême des SS Heichman de procéder à l’épuration du Ghetto de Rome. Mais il semblerait que le major Herbert Kappler n’avait pas l’intention de le faire. Kappler alors, convoqua le rabbin et lui demanda qu’on lui donne 50 kilos d’or en  36 heures, ou bien  200 chefs de famille en otages. Après maintes discussions, la communauté décide de payer. Le  27 septembre, tous livrent les bijoux, lingots, colliers, bagues et même des dents en or. Plusieurs catholiques participent aux donations, sous faux nom, pour éviter les représailles. À 11 heures du matin le 28 septembre, on a récolté 50 kilos et 300 grammes d’or. L’or est transporté dans dix cartons au siège de la Gestapo. Le parcours, trois kilomètres de terreur, en taxi, dans la peur d’une erreur dans les calculs. 

La date choisie

Les 50 kilos sont expédiés à Berlin. Mais le 6 octobre, le capitaine SS Théo Dannecker, qui avait travaillé à la déportation des Juifs de Paris en 1942 et aussi en Bulgarie, débarque à Rome. Son rôle, organiser la déportation des juifs de la ville éternelle. Dès 1938, grâce aux lois raciales mises en place par le régime fasciste, la population juive de toute l’Italie était enregistrée. Ceci facilite la tâche aux nazis. Le jour choisi est le 16 octobre, un samedi, un jour de fête, pour être certain d’arrêter le plus grand nombre possible. Le matin du 16 octobre, vers cinq heures du matin, 379 soldats et officiers des SS (pas d’italiens dans les opérations), accompagnés de camions, débarquèrent dans le ghetto.  Les nazis ont fermé les voies d’accès et ils commencent à frapper aux portes des maisons. Très vite, le calme se transforme en terreur. Le silence qui régnait quelques minutes avant se remplit de cris, de violences, de chiens, d’armes à feu, d’insultes. 

rione Sant Angelo le quartier juif

La rafle

On demande à chaque famille de combien de personnes elle se compose. Sans délicatesse, on leur dit de prendre 8 jours de nourriture pour un long voyage. On leur impose d’emporter de l’argent, des bijoux, des objets de valeur. On leur impose d’etre dans la rue en vingt minutes. En quelques heures, 1 259 personnes sont rassemblées au Collège militaire du Palazzo Salviati, dans le quatier du Trastevere, pas loin de la basilique de saint Pierre. Ces personnes, après une courte détention, seront ensuite déportées à Auschwitz. Exactement deux jours plus tard, le 18 octobre, les juifs de Rome quittent Rome par la gare Tiburtina direction les camps de la mort. A la fin de la guerre 16 hommes et une femme font retour. Des deux cents enfants qui faisaient partie du lot, aucun n’a survécu. Pour finir​, une note positive, le petit film ​qui suit, ​a été pris, par moi au ghetto de Rome. C’est le dernier jour d’école​ avant les vacances​.   

Pour réserver vos visites

    Votre nom (obligatoire)

    Votre email (obligatoire)

    Sujet

    Votre message