synagogue d’Ostie

synagogue d’Ostie

Le port de la Rome antique

On connaissait l’existence d’une synagogue à Ostie grâce à l’épigraphie,  mais, au début des années 60′, lors de la construction d’une chaussée qui mène encore à l’aéroport de Fiumicino, on est tombé sur les ruines de ce complexe qui alors était longé par une route romaine, la Severiane et qui à l’époque devait se trouvé près de la mer (aujourd’hui à 3 km). Loin d’être isolée (la ville d’Ostie s’étendait beaucoup plus loin des fouilles actuelles) la synagogue d’Ostie faisait partie d’un quartier peuplé et très fréquenté de la ville ancienne.

D’après les dernières fouilles, le complexe daterait de la fin du Ie siècle avant J-C, il fut rénové au IIe et IVe siècles, il a peut être été utilisé jusqu’au Ve siècle, on a trouvé des pièces de monnaie qui aident à dater la structure. Le bâtiment était formé de nombreuses pièces,  on y accédait par un petit escalier latérale qui donnait sur une cour en plein air entourée de petites pièces à gauche et à droite des pièces  aux pavements en  mosaïque blanc et noir. Puis, par la droite on accédait  à la grande salle, celle des réunions, à l’intérieur on peut encore voir  une niche orientée vers Jérusalem, une niche qui devait contenir la Torah et les textes sacrés. Ce reliquaire était bordé par deux colonnes dont aujourd’hui on voit des copies (une est près du  musée) deux colonnes dont les morceaux de corniches qui surmontent les chapiteaux sont ornés d’une menorah. Dans une autre pièce  on a un four et une banquette couverte d’une plaque de marbre, dans cette pièce on devait préparer la nourriture, dans cette même salle on a retrouvé des lampes à huile décorées de menorah.  Puis on a une autre grande salle entourée de bancs en brique et aussi une pièce longue et étroite.

Les vastes proportions de la synagogue, le magnifique décor et la complexité des installations, tout  indique la présence  à Ostie antique d’une communauté juive riche, importante, bien insérée et installée là depuis longtemps. Ils arrivèrent au port de la Rome antique dés la fin du I siècles avant J-C, des marchands, des  artisans …

LE PETIT FILM  La synagogue d’Ostie qui se trouve à la fin du « Decumanus » près des thermes de porta Marina

Audio Rome à travers Jules César, il avait accordé à la communauté juive de Rome de nombreux privilèges …

POUR VISITER ROME ET RÉSERVER VOS VISITES

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

TÉLÉPHONE : de 18 à 20 heures 0039 3479541221

Lire la suite

Hypogée de via Livenza

Hypogée de la via Livenza

un monument antique mysterieux

C’est en 1923, lors de la construction d’un immeuble, que l’on découvre dans une zone qui dans l’antiquité était occupée par des sépultures, l’hypogée de la via Livenza. Il se trouve à 9 mètres sous terre en proximité de la Salaria Vetus, la route antique qui menaient les Sabins à Rome. On ne voit qu’une toute petite partie du complexe, le gros est encore caché par les bâtiments modernes.

L’hypogée de la via Livenza avait une forme basilicale (un rectangle de 21 mètres sur 7 mètres dont l’espace interne était divisé par deux rangées de colonnes ou de piliers) l’édifice date de la fin du IIIe début du IVe siècle. Un angle du rectangle,  sous un arc,  est occupé par une vasque étroite, 3 mètres sur 2 mètres et profonde deux mètres trente, les parois de la vasque sont couvertes de opus signinum, un isolant. L’eau qui  remplissait la vasque coulait sur une tablette de marbre et tombait en cascade. Sur le coté gauche de la vasque une longue et étroite ouverture permettait de vider la vasque rapidement. Déjà dans l’antiquité la structure était 4 mètres sous terre. On accédait à la vasque, bordée par une balustrade en travertin blanc, par quelques marches. Sur la paroi du fond, une fresque et sur les murs latéraux il y avait probablement une mosaïque on en voit encore quelques tesselles. Sur la fresque, la scène à gauche nous montre une femme avec un arc et une flèche entre deux cerfs, à droite la même dame en robe courte rouge caresse un cerf, au centre une niche peinte avec de faux marbres, en haut une fontaine en forme de coupe avec quatre oiseux dont l’un boit et des fleurs, la niche devait contenir une statue. On pense que la dame au rouge chiton est Diane ou Artémise, il semblerait que Léto, la mère d’Artémise, aurait offert à sa fille ainsi qu’à son fils Apollon une robe rouge. Sur les murs latéraux on avait en bas, une bande de peinture avec des scènes aquatiques au dessus du socle des mosaïques en pâte de verre, on a supposé une scène de baptême , un baptême de saint Pierre?

L’hypogée de via Livenza est un mystère, nombreuses sont les interprétations.  Un bâtiment chrétien où on baptisait les nouveaux adeptes, mais la vasque est trop étroite et le bassin trop profond, les baptêmes étaient collectifs. Une piscine à plongeon fréquentée par les membres d’une secte orgiastique originaire de Thrace (Turquie) voué à la déesse Kotys souvent associée à Artémise,  les Baptai, c’est de là que viennent les mot baptême, baptiser. Ou bien tout simplement un  nymphée, une fontaine monumentale richement décorée, à coté d’une basilique, dans ce cas une salle de réunion, où un personnage important recevait ses protégés

LE PETIT FILM  Quelques images de l’hypogee de via Livenya, la piscine, les peintures la structure

VISITES GUIDÉES AUDIO : www.audioguidetours.com

POUR VISITER ROME ET RÉSERVER VOS VISITES

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

TÉLÉPHONE : de 18 à 20 heures 0039 3479541221

Lire la suite

Pagina 1 di 812345...Ultima »