18 JUILLET 64 DC

La nuit du  18 juillet 64 DC, un vent chaud soufflait sur Rome, un vent fort venant du sud, un vent de Scirocco, le vent du désert. Dans des entrepôts placés aux pieds du Palatin le long du Circus Maximus, le grand stade des courses de chars,  se déclencha un terrible incendie, un incendie violent qui dévasta Rome. A l’époque le port fluviale de la Rome antique occupait encore une partie du quartier du Vélabre, des magasins, des bistros populaires, des tavernes entouraient le Circus Maximus. La nuit du 18 juillet 64 DC, de hautes flammes s’élevèrent d’un des magasins près du stade, le vent fort poussa les flammes vers les édifices voisins, la violence de l’incendie fut telle que le feu se propagea rapidement dans la vallée du Colisée (à l’époque un quartier dense en habitation), puis brusquement le feu monta la colline de l’Esquilin, descendit dans la zone des Champs de Mars  par la colline du Quirinal.

Le feu qui éclata la nuit du 18 juillet 64 DC sévit Rome, pendant 9 jours et 9 nuits, les flammes étaient si hautes qu’elles dépassaient les immeubles,  les flammes s’éteignaient d’un coté pour se s’allumer plus loin. Les soupçons se portèrent sur l’empereur Néron qui voulait rebâtir la ville, on ira même jusqu’à dire qu’il chantait « Troie en Flamme » de sa villa sur l’Esquilin, mais la nuit du 18 juillet 64 DC Néron n’était pas à Rome, il y arriva trois jours plus tard, pour apporter des secours à la population en détresse. Des milliers de personnes périrent, de nombreux temples, une multitude d’édifices publiques, plus de 4 000 insulae (maison populaire) et 132 domus furent détruites par l’incendie. Sur les quatorze quartiers qui composaient Rome, deux furent complètement dévastés et sept sérieusement endommagés. Nombreux écrivains latin, Tacite, Suètone. Dion Cassius … nous ont laissé des témoignages de cette incendie en voici quelques extraits.

 » Le feu prit d’abord dans la partie du cirque contiguë aux monts Palatin et Caelius ; là, grâce aux boutiques remplies de marchandises qui alimentent la flamme … De plus, les lamentations des femmes épouvantées, la débilité de l’âge ou l’inexpérience de l’enfance, ceux qui songeaient soit à eux-mêmes soit à autrui, en traînant les faibles ou en les attendant, les uns par leur retard, les autres par leur précipitation, bloquaient tout. Et souvent, en regardant derrière soi, on était assailli sur les côtés ou par-devant ; ou bien, si l’on avait réussi à s’échapper dans les quartiers voisins, ils devenaient aussi la proie des flammes, et ceux mêmes qu’on avait crus éloignés, on les trouvait dans le même état… » Tacite

Visite conseillée du Vélabre au Circus maximus et la vallée du Colisée

 

LE PETIT FILM : une petite partie des lieux qui furent investis par les flammes, on voit toute la zone autour de Circus Maximus et la vallée du Colisée. C’est suite à cet incendie que Néron fit bâtir sa fameuse Domus Aurea.

 

POUR VISITER ROME ET RÉSERVER VOS VISITES

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

TÉLÉPHONE : de 18 à 20 heures 0039 3479541221