galate des musées du Capitole

galate des musées Capitole

statue antique trouvée dans les jardins de Sallustre

Le galate mourant des musées du Capitole fut trouvé en 1622 dans les jardins de Sallustre, la villa d’un riche romain ami de Jules César. Le galate des musées du Capitole est une copie en marbre d’une sculpture en bronze qui faisait partie d’une composition qui ornait l’autel de Pergame, un groupe votif voulu par le roi Attale Ier pour commémorer ses victoires sur les galates, des nomades plutôt belliqueux. Pour certains cette sculpture est l’oeuvre d’Epigonos, un artiste originaire de Pergame, actif au IIe siècles A-C, il aurait réalisé des sculptures sur les guerres d’Attale Ier. C’est Pline l’Ancien qui nous en parle dans ses « Histoires Naturelles », il fait la description de la statue et il nous fait remarquer le détail de la trompette qui effectivement se trouve à coté des armes et du bouclier du galate. Théoriquement le galate mourant des musées du Capitole, était part d’un ensemble bien plus grand qui voyait au centre de la composition le galate qui se suicide et qui a tué sa femme (statue qu’on peut admirer au palais Altemps) … Mais entre les deux statues (le galate mourant des musées du Capitole et le galate suicide du palais Altemps) il y a trop de différences donc elles ne sont pas de la même main. La statue représente un guerrier agonisant, sur le flanc une blessure saigne abondamment. C’est un galate, à cause de la moustache, du collier autour du cou (torque) de la chevelure en broussaille (les galates faisaient avec leur cheveux des crêtes, à l’aide de farine et d’eau, pour effrayer l’ennemi) et de sa nudité, César nous a dit que les gaulois je jetaient dans le combat nus. Le galate des musées du Capitole, bien qu’elle nous montre la défaite, par la mort de cet homme et donc d’un peuple, rend hommage au courage, à la valeur à la dignité de ce guerrier donc rend hommage à ses gens.

LE PETIT FILM quelques images du galate mourant

visite guidée AUDIO de Rome et de ses monuments

visite guidée CONSEILLE   les musées du Capitole

POUR VISITER ROME ET RÉSERVER VOS VISITES

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

TÉLÉPHONE : de 18 à 20 heures 0039 3479541221

Lire la suite

Laocoon

Laocoon

aux musées du Vatican

C’est avec la statue du Laocoon que débutent les collections antiques des musées du Vatican,   En janvier de l’an 1506 Felice de Fredis, un petit propriétaire qui avait une vigne sur la colline du Colle Oppio pas loin du Colisée, tombe dans un trou qui s’était à peine ouvert sous ses pieds et il se retrouve dans une pièce qui devait faire partie d’une salle des thermes de Titus. Là, il voit des morceaux d’une statue antique en marbre blanc, des visages dramatiques, des bras, des jambes, des serpents, des morceaux de marbres … d’une  facture extraordinaire. Du coup, tout le monde en parle, la rumeur arrive aux oreilles du pape Jules II qui s’empresse d’envoyer Giuliano da Sangallo, l’architecte et Michel Ange Buonarroti, le sculpteur. C’est Giuliano qui reconnaît dans ces fragments la fameuse statue décrite par Pline l’Ancien dans ses « Histoires Naturelles ». Pline l’Ancien en avait parlé et il l’avait jugée comme étant l’oeuvre artistique la plus belle qui avait jamais été conçue, une oeuvre qui avait été inspiré par les vers du poète Virgile.

Le récit raconte d’un sacerdoce de Neptune, un troyen, le Laocoon, qui avait tout essayé pour empêcher à ses concitoyens d’ouvrir les portes de la ville au cheval en bois, un cheval que les grecs avaient laissé sur les plages de Troie. Mais les Dieux en avaient décidé autrement car Énée, fils de Venus devait fuir Troie en flamme, fonder Lavinio sur les cotes du Latium et ses descendants donner naissance à Rome pour dominer le monde, en un mot Troie devait périr pour que Rome puisse naître. Alors deux terribles serpents se jetèrent sur le Laocoon et ses deux enfants, ils moururent tous dans d’atroces souffrances…

Ce magnifique ensemble en marbre blanc qui fait moins de deux mètres de haut, est l’oeuvre de trois artistes grecs originaires de l’île de Rhodes, ils s’appelaient Hagesandros, Athanodoros et  Polydoros.  On suppose que la statue du Laocoon aurait été réalisée à Rome à la fin du I AC, à l’époque d’Auguste, et ceci parce que en 42 AC Rhodes avait été dévastée par les légions de Crassus. Alors les artistes sans commendes et sans commanditaires avaient du quitter leur île pour chercher du travail ailleurs, nombreux furent ceux qui arrivèrent à Rome….  Naturellement le pape Jules II s’ empara de la statue et fit construire pour la loger la cour Octogonale aux musées du Vatican, c’est le départ des musées  du Vatican …

Visite conseillée : les statues antiques aux musées du Vatican

LE PETIT FILM : la statue du Laocoon une oeuvre de trois sculpteurs grecs originaires de l’île de Rhodes : Hagesandros, Athanodoros et  Polydoros, cette statue est exposée dans la cour Octagonale des Musées du Vatican

VISITE GUIDÉE AUDIO : www.audioguidertours.com

 

POUR RÉSERVER VOS VISITES

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

TÉLÉPHONE : de 18 à 20 heures 0039 3479541221

Lire la suite

Pagina 1 di 612345...Ultima »