Ludus Magnus

ludus magnus

L’école des gladiateurs

A deux pas du Colisée le long de la via san Giovanni on peut encore voir une partie des ruines du Ludus Magnus, une des trois « salles de gym » des gladiateurs, la plus grande. Il fut découvert tout à fait par hasard en 1937 lors de travaux et il fut en partie dégagé même si le bâtiment avait déjà été endommagé à la fin du XVIe siècle lors de l’aménagement de le rue de san Giovanni.

Le Ludu Magnus fut édifié en 81 AD sous Domitien, le fils de Vespasien, celui qui avait fait construire, à l’emplacement du lac qui faisait face à la maison dorée de Néron, le Colisée. L’édifice faisait partie d’un ensemble de structures, positionnées autours de l’arène ( logements pour les animaux, pour les décors, pour les prisonniers, pour les blessés …) liées au fonctionnement de l’amphithéâtre et relié à lui par cinq galeries souterraines. On connaissait son existence, grâce aux textes antiques mais aussi grâce à la Forma Urbis (un plan en marbre de la Rome antique à échelle : un centimètre correspondant à 2,40 mètres dans la réalité), on a put le localiser avec certitude et en découvrir les dimensions.

Le Ludus Magnus est de forme elliptique (axe 62 mètres, l’ axe mineur 45 mètres) comme le Colisée (axe 188 mètres, l’ axe mineur 144 mètres), il avait deux deux étages avec des gradins destinés à un groupe restreint de spectateurs. Dans les galeries on a trouvé des fontaines, les murs en brique étaient recouverts de marbre. Dans cette structures, les gladiateurs étaient logés, nourris et entraînés tous les jours.

Le ludus Magnus était un des bâtiments liés au fonctionnement du Colisée il faut encore trouver le spoliarium (la morgue), le saniarium (l’infirmerie), choragium (où on mettait les décors), l’armamentarium (salle des armes) … Nous verrons le ludus Magnus lors de la visite de la Rome antique qui nous mènera du Colisée au forum romain en passant par le mont Palatin

LE PETIT FILM Quelques images du Ludus Magnus

VISITES GUIDÉES AUDIO : www.audioguidetours.com

POUR VISITER ROME ET RÉSERVER VOS VISITES

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

TÉLÉPHONE : de 18 à 20 heures 0039 3479541221

Lire la suite

Le Panthéon

LE PANTHÉON

la place du Panthéon

Nous voilà sur la place que les romains appellent la rotonde à cause de la forme du Panthéon, nous somme à coté de la fontaine attribuée à Giacomo della Porta, mais l’aspect actuel est du à une restauration radicale voulue par le pape Clément XI. En 1711, on fit placer au centre un groupe de rochers des dauphins et un petit obélisque égyptien datant de l’époque de Ramsès II, découvert à la fin du XIV siècle. En 1880 lors d’une autre restauration, les masques qui à chaque coin de la fontaine crachaient de l’eau ont été remplacés par des copies. En résumé, le concept de cette fontaine est de l’architecte Giacomo della Porta (il restaura l’aqueduc antique de l’eau vierge et par une ramification il porta l’eau jusqu’ici, il fit aussi les dessins de la fontaine, le bassin, qui fut sculpté bien avant, est de Leonardo Sormani. les statues et les rochers sont du sculpteur Heureux et de l’architecte et Barigioni. Jusqu’au XIX siècle, sur la place, se tenait un marché aux poissons, très animés et l’eau du bassin de la servait pour rafraîchir les poissons. Maintenant le Panthéon. Sur la façade on lit encore Marco Agrippa Fecit, Marco Agrippa le genre de l’empereur Auguste est donc le premier constructeur, il le fit édifier à la fin du I siècle avant JC. Mais suite à un incendie il fut complètement redessiner par l’empereur Hadrien un passionné d’architecture.

Le nom du monument vient du grec (à tous les dieux) donc ce temple antique était dédié à tous les dieux et pas seulement les dieux romains. Mais en combinant la sphère et le cercle dans la forme du bâtiment, Hadrien, dont le deuxième nom était Elios, soleil, avait subtilement rendu hommage à lui même. Le cercle était pour les grecs la forme parfaite, la forme associée au soleil. La place actuelle rectangulaire épouse la forme de la place romaine alors bordée d’un portique et non d’édifices comme aujourd’hui, donc la place menait à des escaliers qui portaient à un portique, le pronao, c’est à dire rectangulaire surmonté d’un tympan triangulaire, un portique qui était l’antichambre d’une énorme salle sphérique de 43,3 mètres de diamètre. L’édifice repose sur une fondation circulaire de 8 mètres de large. A l’intérieur le périmètre est cadencé par sept exèdres, alternativement semi-circulaires et rectangulaires, au dessus de deux corniches circulaires, part un mur ou de fausses fenêtres font de décor de transition au dôme. Les parois portent encore le placages d’origine fait de pierres et de marbres provenant des quatre coins du monde antique. Par terre, le dallage est une marqueterie de pierres colorées qui s’inspire au dallage d’origine. Au centre du pavage en dessous de la coupole des petits trous recueillent la pluie qui tombe. Le Panthéon supporte la plus grande coupole du monde antique et en dépit du temps passé, des tremblements de terre et des spoliations elle ne présente aucun signe de faiblesse. La voûte s’inscrit dans une sphère parfaite qui fait 150 pieds romains autrement dit 43,30 mètres de diamètre et donc d’une hauteur égale de 43,30 mètres. Cette sphère théorique est tangente au sol. Le dôme est tapissé de caissons en stuc, disposés sur cinq rangées de taille décroissante. Le dôme est percé par un oculus central, un trou de 9 mètres de diamètre, renforcé par un cerclage de bronze. Cet oculus central est l’unique source de lumière directe, mais c’est aussi la partie centrale qu’il a fallu enlever pour empêcher que son poids avec le temps ne fasse crouler la coupole. Pour faire tenir cette coupole les ingénieurs romains ont utiliser de nombreuses solutions, d’abord le dôme, c’est une coulée de ciment romain et de pierre ponce, une pierre volcanique tellement légère, extérieurement on voit sur le dôme sept anneaux concentriques qui encerclent le dôme pour lui empêcher de s’écarter, dans le mur huit piliers massif en maçonnerie servent à supporter le poids du dôme, à l’extérieur sur les murs externes on voit de nombreux arcs, des arcs de déchargent qui distribuent le poids du monument de façon uniforme sur toute la surface. C’est au début du VII siècle que le temple fut transformé en une église et pris le nom de sainte Marie des Martyrs. En 607 ou 609, un premier novembre, le Ramsès IIfit transporter an Panthéon, 20 charrettes d’os de martyrs chrétiens qui se trouvaient alors dans les catacombes, c’est à ce moment, selon une légende, que les dieux païens qui peuplaient le Panthéon, fuirent l’arrivée des martyrs en trouant la coupole. Depuis le premier novembre on fête la Toussaint. Dés la renaissance le Panthéon devint le lieu de sépulture de nombreux artiste, alors l’académie de saint Luc se trouvait en proximité. On y voit encore les sépultures de Raphaël, de ses collaborateurs Perin de Vaga, Baldassarre Peruzzi, Giovanni da Udine mais aussi Annibale Carracci, Taddeo Zuccari et plus tard les tombeaux des deux rois d’Italie. Le Panthéon est généralement ouvert de 9 à 18 heures et le dimanche jusqu’à 13 heures, on ne peut pas le visiter pendant la messe. Ah j’oubliais la porte en bronze et la porte antique.

Visite conseillée le Panthéon


LE PETIT FILM :Le Panthéon,la petite place de la  Rotonda, la fontaine de Giacomo della Porta

 

POUR VISITER ROME ET RÉSERVER VOS VISITES

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

TÉLÉPHONE : de 18 à 20 heures 0039 3479541221

Lire la suite

Pagina 3 di 612345...Ultima »