la place d’Espagne

la place d’Espagne

la place d’Espagne

Les azalées

Comme chaque année les azalées blanches et fuchsias décorent les escaliers de la place d’Espagne. Environ trois cents pots de Rhododendrum Indicum sont placés sur les marches pour enjoliver les escaliers de la place d’Espagne. Le rododendrum indicum est une azalée introuvable sur le marché. Mais, elle s’est particulièrement adaptée au climat romain. Le Rododendrum indicum peut atteindre un diamètre de 4 mètres et une hauteur de 2,5 mètres. Au fil des ans, les azalées ont participé à de nombreuses expositions européennes prestigieuses. Elles ont gagné de nombreux prix internationaux. Les fleurs, posées à la mi-avril, resteront sur la rampe jusqu’au 15 mai. Le reste de l’année, les azalées sont cultivées et entretenues dans la zone du parc archéologique de San Sisto sur les pentes du Celius. C’est le personnel du Service des jardins du Département de la protection de l’environnement de Rome qui s’en occupe. 

Plus de 80 ans

Cette idée de décorer les escaliers de la place d’Espagne par de jolies azalées en fleur remonte aux années 50. Depuis plus de 80 ans, les visiteurs peuvent jouir de l’escalier de Francesco De Sanctis, déjà par lui-même théâtral, en version polycrome. Cette année, ce triomphe floral est confié à environ 300 plantes, traditionnellement blanches (le « Blanc de Piazza di Spagna ») et fuchsias. Les azalées sur les escaliers de la place d’Espagne contribuent à créer une des scénographies les plus belles du monde et c’est pas tout, Rome est partout en fleur. Outre aux arbres qui depuis la fin du mois de janvier donnent spectacle, trente-six bacs à fleurs ont été posés sur la place et l’éscalier du Capitole. Sur la via dei Fori Imperiali, quarante gros pots en granit blanc ont été placées. Dans les deux cas, ce sont des bégonias rouges et blancs…

Le nom de l’escalier

On les appelle les escaliers de la place d’Espagne même si l’architecte est italien et le financement est français. Tout simplement parce que l’ambassade espagnole auprès du Saint Siège est depuis toujours placée à quelques mètres de là. La Place d’Espagne, construite entre 1723 et 1726 sur un projet de l’architecte romain Francesco De Sanctis, forme le lien magique entre les pentes du Pincio dominé par l’église de SS. Trinità et la place à ses pieds. L’idée de neutraliser la forte pente par un escalier est documentée dès 1559. Vingt ans plus tard, la Chambre apostolique achète le terrain au pied de l’église pour construire l’escalier. Dans les intentions du pape Grégoire XIII, l’escalier devait être semblable à celle d’Aracœli, près du Capitole, une simple rampe sans plus. 

Un peu d’histoire

Même le cardinal Mazarin participe activement à l’initiative. Grâce à un legs important du greffier de l’ambassade de France, Stefano Guiffer l’opération peut partir. Ce n’est qu’en 1660 que les premiers projets sont élaborés par de nombreux architectes, dont Gian Lorenzo Bernini. C’est au grand artiste baroque que l’on doit l’idée du parcours“concave et convexe” ainsi que des murs des ”rampes à tenailles”. Les  différends entre l’État de l’Église et la couronne de France sur la propriété  de la zone concernée bloquent les travaux. En 1717, Clément XI annonce un concours pour le projet auquel participent les grands architectes de l’époque. Les travaux, toujours à cause des différends France et état de l’église, commencent plus tard, sous Innocent XIII et terminent sous Benoît. XIII en 1726.

Escalier de la place D’Espagne

Le long escalier, qui semble s’adapter à la courbe de la colline et qui s’articule dans une alternance de saillies et de renfoncements, est l’expression d’une monumentalité typique du XVIIIe siècle. On retrouve cette expression architecturale dans d’autres constructions urbaines du rococo romain, le port de Ripetta (démolie à la fin du XIXe siècle) et la fontaine de Trevi… Par cet escalier, Francesco De Santis veut construire une rampe, un lieu de rencontre pour tous les citoyens. L’intuition de l’architecte a pendant longtemps trouvé la pleine acceptation dans la population. L’escalier a pendant longtemps été un lieu de rencontre, c’était le Salon de Rome. Plus depuis la dernière restauration.

Curiosités

L’obélisque qui surplombe l’escalier de la place d’Espagne, est un des treize obélisques romains. Retrouvé quelques mètres plus loin dans ce que furent les jardins de Salluste. La fontaine de la Barcaccia au pied de l’escalier est de Pietro Bernin, le père de Gian Lorenzo. L’église de la Trinité des Monts dominant  la place d’Espagne, est bâtie sur des terrains que  Charles VII, roi de France, donne à saint François de Salles pour fonder une nouvelle communauté monastique, les minimes.  La première salle de thé romaine, voulue par deux anglaises quand le thé se vendait en pharmacie, est sur place, aux pieds de l’escalier depuis 1893. Le joli édifice rose de l’autre côté de l’escalier appartenait à Anna Angeletti qui louait des chambres entre autre au poète Keats. John Keats meurt dans la Casina Rossa  le 23 février 1821 à Rome à l’âge de 25 ans.

Pour réserver vos visites

Ecrivez à arterome2@gmail.com ou téléphonez de 18 à 21 heures au +3479541221





escliers de la place d'Espagne avec des azalées