Aller au contenu

Triomphe de la Divine Providence

  • par

Palais Barberini

Il y a dans le musée d’art antique du palais Barberini, un plafond, dans la salle des fêtes, dont la fresque du peintre Pierre de Cortone porte un nom pompeux : le « Triomphe de la Divine Providence ». L’artiste s’y dédia de 1632 à 1639. Il réalisa cette énorme peinture qui couvre encore la surface de 400 mètres. Le thème, « le Triomphe de la Divine Providence », fut choisit par Francesco Bracciolini da Pistoia. C’était un poète au service des Barberini. La composition s’ouvre sur un ciel bleu, divisée en cinq parties, chacune bordée d’une corniche monochrome en trompe l’œil et interrompue par des angelots et des médaillons de forme octogonale. Au centre de l’énorme fresque on a la Divine Providence. Elle tient un sceptre et elle est entourée d’une auréole de lumière car elle est de nature divine. Derrière elle sont assises des vertus, la Justice, la Pitié, la Puissance, la Beauté, la Vérité, la Pudeur. Juste un peu plus haut on voit l’Immortalité qui tient une couronne d’étoile, Au dessus encore on a les trois vertus théologales, la Foi, la Charité et l’Espoir

Triomphe de la Divine Providence au palais Barberini

Mais encore

La Foi, la Charité et l’Espoir, elles tiennent une couronne de laurier au centre de laquelle voilent trois abeilles. Les trois abeilles font partie du blason du pape Urbain VIII Barberini. Au-dessus encore, on a la déesse Rome qui soulève la Tiare du Pape alors que la Gloire tient les deux clés emblème des papes. En dessous de la Divine Providence on voit Chronos, le temps où une faucille est en train de dévorer une de ses enfants. A côté de Chronos les trois Parques filent la vie des humains. Dans les « tondi » à chaque angle du plafond on a encore des Vertus représentées sous forme d’animaux (ourse, scorpion, licorne) … Dans les quatre cadres latéraux, les allégories racontent les effets positifs du « bon gouvernement ». Évidemment ces bons effets sont produits par la politique du pape Urbain VIII . A gauche on voit la Paix assise sur un trône conseillée par la Prudence. A droite de la Paix une jeune fille ferme les portes du temple de Janus (toujours ouvertes en temps de guerre). A gauche de la Paix des cyclopes forgent des armes, alors que la Docilité est étendue sur un tas de ferraille. C’est une allusion au système de défense de l’état du Vatican et à la paix qui régnait lors du gouvernement du pape Urbain VIII. Sur l’autre côté le long du plafond, en face …. 

Pour réserver vos visites

[contact-form-7 id= »2570″ title= »Sans titre »]