Aller au contenu

Auguste de Prima Porta

  • par

Une statue au Vatican

C’est le 20 avril 1863, lors des fouilles d’une villa romaine du I er siècle, qu’on découvre la statue de l’Auguste de Prima porta. Cette sculpture représente le premier empereur romain. L’Auguste de Prima Porta voit l’empereur debout, le bras droit levé. Il est en train de demander le silence avant l’adlocutio. L’Adlocutio, c’est le discours que tient le commandant romain pour inciter ses soldats avant le combat. L’empereur porte une lorica, une armure de légionnaire très décorée sur le devant. Sous la cuirasse, il endosse une courte tunique militaire. Auguste porte également un paludamentum, un manteau autour de ses hanches. Un rabat de la cape qu’il porte sur le devant, tombe sur la main gauche. L’empereur aurait dû tenir une lance dans sa main gauche. Aux pieds de la statue de l’Auguste de Prima Porta, il y a un petit Éros à califourchon sur un dauphin. Il est là pour souligner le lien qui unit la gens Iulia à Vénus, la mère d’ Enée, l’ancêtre de Romulus de César et d’Auguste.   

empereur Auguste

Une statue de propagnade

La statue est touvée dans la maison de Livie la femme d’Auguste et la mère de Tibère. D’ailleurs, on suppose que la statue de l’Auguste de Prima Porta est offerte par Tibère à sa mère Livie après la mort de son beau-père. Tibère est aussi le fils adoptif d’Auguste et il va régner sur Rome. Pourquoi ? Mais parce que la sculpture a des caractéristiques de propagande. La  Lorica est  ornée de scènes bien précises. On y voit un soldat parthe qui rend à un soldat romain les  insignes perdus lors de la campagne parthe de Crassus. Or, Tibère même s’est battu en orient. Dans ce cas, la sculpture souligne la continuation de la politique d’Auguste. D’autres pensent que l’Auguste de Prima Porta est un cadeau fait par Auguste à sa femme.  Alors, l’œuvre est interprétée comme le soutien d’Auguste à Tibère.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est Auguste-de-Prima-Porta.jpg

La Lorica

Sur la cuirasse, particulièrement chargée, au centre on voit  le roi des Parthes qui rend à un général romain les enseignes, sous forme d’aigle,  arrachées à Crassus lors de la bataille de Carrhae,  de chaque coté on a la personnification de deux régions de l’empire. Remarquez au pied du général romain, peut être Tibère, une louve, la Louve.  La scène centrale est insérée dans un paysage cosmique. En haut , au centre,  on a la personnification du ciel et latéralement  Apollon le soleil sur son char et l’Aurore,  en bas, encore Apollon sur un griffon,  sa sœur Diane sur une biche (le soleil et la lune) et entre les deux,  la déesse Terre, Tellus entourée de ses symboles, la Corne d’Abondance, des enfants… Les dieux ont décidé de la paix retrouvée, une paix qui favorise  une harmonie cosmique.  Auguste, par son ascendance divine, est le lien avec le ciel,  il a le soutient des dieux, son pouvoir lui vient de là, il est le « désigné »

Auguste de Prima Porta

La bataille

Dans la plaine de  Carrhae, en Turquie, le 9 juin 53 avant Jésus-Christ, des chevaliers et des soldats venus d’Iran, les Parthes, barrent la route à près de 50.000 soldats romains. Plus exactement, les faits se passent près de la ville fortifiée de Carrhes (Harran, dans l’actuelle Turquie). Tout ou presque a commencé l’année précédente quand Caius Licinius Crassus est nommé gouverneur de Syrie. Depuis près de 20 ans, Crassus partage le pouvoir avec César et Pompé. D’abord, il s’en prend à Antioche puis à Jérusalem dont il pille le temple. Il continue avec une grande campagne contre les Parthes. Crassus qui avait dompté la révolte de Spartacus, confie dans ses forces et ses soldats. Mais il va trouver des troupes ennemies organisées équipées, bien entraînées. Et, 9.000 cataphractaires armés de tout point couverts de cuirasse métallique, une masse de métal capable d’avancer sans obstacle …  Crassus est tué le 12 juin lors d’un affrontement sous les murs de la ville … Ce fut une défaite terrible et humiliante qui fut lavée en 20 A-C avec la restitution des enseignes de Crassus.

soldats romains

La couleur

Quand la statue est découverte en 1868 on a vu « .. La tunique et le pardessus colorés en rouge, les franges de l’armure en jaune et ainsi de suite.. les parties nues ne sont pas de la couleur de la chair, mais ont été habillement polies et probablement couvertes avec une sorte de cire ». Malheureusement après un siècle et demi de « nettoyage » il ne reste aucune trace de cette patine translucide. L’Auguste de Prima Porta en couleurs peut susciter l’indignation. Mais, comme le dit le Dr Liverani, inspecteur des antiquités classiques des musées du Vatican, « notre idée de l’art classique doit être actualisée. Ce ne sont pas les Grecs et les Romains qui doivent être corrigés ». Attention, les sculptures n’étaient pas entièrement colorées. Mais, on appliquait une utilisation modérée et pleine de goût de certaines nuances de couleurs pour souligner les détails et augmenter les effets.

Auguste de Prima Porta

Par sa pose, on sait que l’Auguste de Prima Porta s’inspire au Doryphore de Polyclète. Ce modèle de l’empereur a dû être élaboré à la fin du I siècle avant Jésus Christ, quand le Sénat donne à Octave le titre d’Auguste. En tout on a trouvé au moins 135 répliques, plus ou moins conformes, à quelques détails près. On trouve quelques modifications dans la coiffure, ou les sourcils froncés, ou encore dans la torsion de la tête. Il faut savoir que pour les Romains, le visage exprime la qualité de la personne tandis que l’aspect du corps indique le rôle public. Il existe donc quatre façons d’être représenter. La première, nu. Là, on est dans le monde des héros et des dieux. On trouve souvent ce genre de statues dans les provinces orientales. La deuxième « togé ». habillé d’une toge. Là on fait référence à l’équilibre entre l’administrateur du pouvoir et le citoyen romain digne. La troisième avec une loricata, habillé d’une armure. Là on insiste sur la valeur militaire, le courage et l’autorité. La quatrième est la statue équestre. Là on est dans la monumentalité et le prestige.  

Pour réserver vos visites

Nous pourrons découvrir ensemble cette magnifique statue lors d’une visite guidée des musées du Vatican et plus précisement lors d’une visite des statues antiques au Vatican. Pour réserver votre visite du Vatican vous pouvez m’écire à arterome2@gmail.com ou téléphoner de 18 à 21 heures au +39 3479541221